LE BLOG DE GWODA ADDER ABEL

15 février 2007

       Yd1 logo                         UCM logo

Coopération Erasmus Mundus action II

Dr Gwoda Conférence UCM
Coopération entre le Département de philosophie de l'Université de Yaoundé 1 et le Département de Science Politique et de Psychologie sociale de l'Universidad Complutense de Madrid

Abel___Fourvi_re

Pourquoi un site Internet ? Est-ce une envie simple de s’exposer? Non, plutôt me permettre de partager, de rendre service, et remplir ma vocation à l’universel. Car une ouverture d’esprit aujourd’hui et une curiosité sur le monde s’exposent sur le WWW. Ce site est donc une vitrine de moi et de mes actions disponibles 24h/24, 7 jours/7, 365 jours par année ! Les visiteurs ont ainsi la possibilité de me consulter au moment qui leur convient, peu importe les heures d'ouvertures de mes lieux physiques et peu importe aussi l'endroit où ils sont dans le monde. Mon site est juste un essai de se mondialiser en transversal.

                                             


 


A la Recherche de l'Homme démocratique camerounais

homme

 

Posté par gaddera à 17:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 février 2007

Gwoda_abel_en_conf_rence

"En démocratie chaque génération est un peuple nouveau"

(Tocqueville)

cameroun

Posté par gaddera à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2007

Participation de M. GWODA à la Journée internationale de la Francophonie 2006



Rapport de la journé internationale de la Francophonie 2006

Dans le cadre de la semaine de la Francophonie au Liban, le Bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a organisé, le 21 mars 2006, sous le patronage du Ministère de la Culture et en partenariat avec l’Association des Boursiers de l’AUF (ABUF) et TV5, « La Journée culturelle francophone », qui a été accompagnée d’une série de conférences portant sur « La Francophonie dans le concert de la Communication ».

La Francophonie dans le concert de la communication

Le cycle de conférences organisé par l’AUF, dans le cadre de la Journée Internationale de la Francophonie, a été ouvert officiellement par Mme Maud Stephan, représentante du ministère de la culture, qui a rendu hommage au rôle de l’AUF au Liban. M. Wassim Mansouri, président de l’ABUF , a exposé ensuite les objectifs et les activités de l’Association des Boursiers de l’AUF.


Mme Maud Stephan
Vue générale
M. Wassim Mansouri

M. Michel Bennasar, directeur du Bureau Moyen-orient de l’AUF, a présenté, à son tour, la Charte de la Francophonie, le cadre stratégique décennal défini au Sommet de Ouagadougou et la programmation quadriennale de l’Agence en général et ses activités au Moyen-Orient en particulier.


Conférence
Vue générale
M. Michel Bennasar

Au sujet de la francophonie littéraire, M. Antoine Noujaim, doyen de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines à l’université Saint Esprit de Kaslik, a abordé l’identité de la littérature libanaise d’expression française et la charge communicationnelle dont elle s’acquitte, ses particularités, son originalité et sa distinction en rappelant « les racines de la Francophonie littéraire libanaise », son essor et son impact sur la littérature d’expression arabe.

Mme Fadia Kiwan, directrice de l’Institut des Sciences politiques et responsable du DEA « Science politique » soutenu par l’AUF, s’est interrogé sur les enjeux actuels de la francophonie politique, « construction multilatérale originale, action commune sur la base de l’égalité, la complémentarité et la solidarité ».


Mme Fadia Kiwan
Vue générale
M. Antoine Noujaim

M. Antoine Messara, Professeur au DES francophone de journalisme de l’université Libanaise, a mis en évidence le riche patrimoine de professionnalisme, de créativité et d’éthique et la diversité actuelle du paysage médiatique francophone libanais ainsi que sa place au sein de la francophonie médiatique.

M. Jean-jack Cegarra, Responsable du centre de recherches et d’études doctorales de l’École supérieure des Affaires, a donné son point de vue sur la francophonie économique et exposé son développement à l’ère de la mondialisation et ses interventions au Liban.


M. Antoine Messara
Vue générale
M. Jean-jack Cegarra

S’agissant de la francophonie des inforoutes, M. Pierre Gédéon, doyen de la faculté d’Ingénieurs en Informatique, Multimédias et Télécommunications de l’université des Pères Antonins, a abordé les portails, leur évolution et la contribution francophone pour enrichir la production scientifique sur le cyberespace.

Mme Dina Maoula, enseignante à la filière francophone de Droit de l’université Libanaise et membre du comité exécutif de l’ABUF, a décrit l’adaptation des systèmes règlementaires et juridiques des droits d’auteurs à l’ère numérique en général et particulièrement au Liban tout en explorant la propriété intellectuelle au sein de l’espace francophone.


M. Pierre Gédéon
Vue générale
Mme Dina Maoula

« Quelle merveille d’entendre parler de façon positive de francophonie à Beyrouth, principalement par des Libanais, alors même qu’en France on en vient à parler de francophobie ! ». Par ces mots, M. Étienne Augé, Professeur à la Faculté de Mass Média de l’université de Balamand a donné le ton de sa communication de clôture en insistant sur le fait que « si nous avons le français en partage, c’est souvent les pays hors de France qui se rappellent le mieux les valeurs d’origine héritées des Lumières, celles que nous prenons en France pour acquises et donc ne pratiquons plus. Il revient donc aux francophones, en toute amitié, de nous rappeler ces valeurs à l’occasion en réveillant la vieille dame française et en lui montrant que sa place n’est pas encore dans un musée et qu’elle aurait peut-être tort de se haïr. »

Journée culturelle

La journée culturelle, organisée principalement par l’Association des Boursiers de l’AUF (ABUF) avec le soutien logistique de l’AUF (Bureau Moyen-Orient et Campus numérique) a commencé à 15h dans le hall du Pôle technologique Berytech. Elle avait pour objectifs d’inviter le public à tisser des liens avec tous les acteurs de la Francophonie au Liban, de connaître et de partager les richesses et les spécificités des pays francophones des boursiers de l’AUF actuellement en formation dans des établissements universitaires au Liban qui illustre bien la diversité culturelle de la Francophonie. Elle a regroupé comme chaque année plusieurs activités culturelles et artistiques :

  • une exposition sur les pays d’origine des boursiers : le Burundi, le Cambodge, le Cameroun, l’Égypte, la France, la Georgie, le Maroc, la Tunisie, et bien sûr le Liban.

  • une projection de documents audiovisuels : films vidéos et diaporamas préparés par les boursiers sur leur pays respectifs.

Vue générale

    GWODA Adder Abel

Vue générale

Plusieurs concours

  • Concours du meilleur stand : les nombreux visiteurs ont jugé et noté les stands à l’aide d’une fiche d’évaluation portant sur divers critères : la décoration et les informations sur le pays, les costumes arborés par les boursiers, les projections vidéo, la musique, les chansons et même parfois les danses folkloriques.

C’est le stand du Cambodge qui a remporté le premier prix, le second étant décerné à la Géorgie et le Liban a obtenu un prix spécial récompensant les travaux exposés par une artiste peintreet poète libanaise, Mme Carla Sabbagh, qui a présenté le Liban à travers ses tableaux et poèmes.

Vue générale
  • Concours « Toi, moi, tout un monde francophone » : il s’adressait à tous les visiteurs qui pouvaient ainsi tester leurs connaissances sur la francophonie en général et les 9 pays concernés par l’exposition en particulier. Les trois premiers lauréats sont : Tony Felfely de l’Université Saint-Joseph, Robert Younes de l’Université Libanaise et Nay Doummar de l’Université Libanaise.

La nouveauté consistait cette année dans le mini-concert de chansons françaises offert par l’association Heartbeat (chaîne de l’espoir) qui a pour mission la prise en charge médicale des enfants atteints de maladies cardiaques. Il a été donné par Aline Lahoud et Sévine Abi-Aad qui ont excellé dans l’interprétation de chansons du répertoire de Jacques Brel, Charles Aznavour, Édith Piaff, Lara Fabian et bien d’autres.

Vue générale

Concours « Liban – Blog : Parlez de votre vie francophone au Liban »

Ce concours était organisé pour la première fois au Liban par le CNF de Beyrouth avec comme partenaires : Libanvision, TV5, Dell et Inconet Data-Management.

Blog est la contraction de « Web » et « log » (Internet - journal, ou journal en ligne).

Un blog est finalement un média personnel d’informations, mis à jour régulièrement et permettant à tout le monde de commenter les informations publiées. C’est donc un journal personnel, un lieu d’échanges, de débat, une source d’actualité, une liste de liens. Il peut servir à donner son avis et faire entendre sa voix dans le monde. À l’intersection du site personnel, du site d’actualité et du forum, le blog, par sa simplicité d’animation, son aspect communautaire et la qualité de son référencement, offre pour l’internaute un média d’expression très puissant.

L’objectif du concours était de permettre aux participants à travers leur blog d’écrire le journal de leur vie quotidienne francophone au Liban et d’exprimer la manière dont ils vivent cette francophonie à travers des activités culturelles, spectacles, concerts, etc.

Le jury a sélectionné 3 blogs :

Vue générale

À noter que ces blogs ont vocation sous réserve de mise à jour régulière par leurs auteurs à participer au concours similaire qui sera organisé à Beyrouth lors de la prochaine édition du Salon " Lire en Français et en Musique " en novembre 2005.

Concours du mot d’or

"LE MOT D’OR" est organisé par l’association "Actions pour promouvoir le français des affaires" (APFA).

Il a été créé :

  • en hommage à la richesse d’initiative des professeurs, des élèves et des étudiants pour faire connaître et faire apprécier les mots d’aujourd’hui de l’économie et de la gestion, porteurs d’enthousiasme et de rigueur, source d’efficacité de toute action ;

  • pour accompagner la recherche de l’excellence dans la maîtrise du vocabulaire des affaires par les professionnels dans la langue maternelle de chacun, condition de la création de relations durables, riches de la diversité des cultures ;

  • pour développer une pédagogie du mot nouveau et du savoir entreprendre afin que tout échange et toute entreprise soient fondés sur des langues bien faites et que les mercaticiennes et les mercaticiens puissent être toujours plus à l’écoute attentive des autres.

Le sujet proposé comporte cinq parties :

  • Première partie : chercher des mots nouveaux pour des concepts nouveaux. Le candidat doit proposer, en justifiant ses propositions, un mot, un sigle ou une expression pour désigner en français des concepts nouveaux du domaine des affaires.

  • Deuxième partie : donner un mot ou une expression de la langue des affaires dont la définition est fournie.

  • Troisième partie : remplacer dans un texte des mots étrangers ou relevant du franglais par des équivalents français.

  • Quatrième partie : retrouver l’origine étymologique de deux mots de la langue des affaires. Quatre réponses sont proposées pour chacun de ces mots. Le candidat doit cocher les réponses qui lui semblent bonnes.

  • Cinquième partie : savoir entreprendre en français. Le candidat doit présenter, en une dizaine de lignes, un projet réaliste de création d’entreprise (son propre projet ou un projet qui a été réalisé et auquel il aurait aimé participer).

À Beyrouth, plusieurs étudiants ont participé au concours provenant de diverses institutions membres de l’AUF (Université Libanaise, Université Saint-Esprit de Kaslik, Université Saint Joseph). Le jury composé d’enseignants et de spécialistes (École supérieure des Affaires, Université Saint joseph, Université la Sagesse, Coopération linguistique et éducative de l’Ambassade de France) a ensuite procédé à la correction et au classement des copies.

Le gagnant qui se verra offrir un billet d’avion et un séjour à Paris pour assister en automne à la Journée du français des affaires 2007 sera annoncé après validation par l’APFA du classement proposé par le jury local.

Soirée « Dégustation »

Cette belle et longue journée francophone a été clôturée en fin de soirée par un buffet de mets typiques des pays représentés par les étudiants boursiers autour duquel se sont retrouvés dans une ambiance chaleureuse et festive tous les conférenciers, exposants et invités. Ce fut l’occasion pour beaucoup d’entre eux de découvrir et apprécier de nouveaux plats exotiques préparées par les boursiers ou suivant les recettes traditionnelles fournies par eux. Tous les participants se sont quittés fourbus, mais satisfaits, et se sont d’ores et déjà donnés rendez-vous pour la prochaine journée internationale de la francophonie en mars 2007.

Vue générale

Vue générale

© 2004 | ABUF - Tous droits réservés

Posté par gaddera à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]